La Souffrance
Turkan SAHIN

Turkan SAHIN

Miroir

La Souffrance

15 Şubat 2018 - 16:27

La souffrance est une expression indicible de douleur et de regrets, avec un caractère étrange, intense, indéfinissable, inexprimable, qui est  un aspect de la vie humaine qui tient à la vie même. Il y a une impudeur à disserter sur la souffrance, qui est intolérable. Ce mal intime qui isole, personne ne peut le vivre à notre place. Maladie, accident, chômage, agression, attentat, incendie, perte d'un proche, abandon, trahison, angoisse, douleur, effroi, émotion, épouvante, joie, mélancolie, peur, plaisir, supplice,  comme une coulée de boue dévastant tout sur son passage, les catastrophes qui font irruption dans nos vies détruisent ce qui donne sens au quotidien,  nos plus solides certitudes, nos carapaces parfois, et même nos convictions. L'humain est un être d'une très grande vulnérabilité. Il passe son temps à imaginer, à construire des principes de précaution, sauf que tout cela ne comblera jamais cette extrême vulnérabilité de l'humain à qui,  à tout instant,  il peut arriver le meilleur comme le pire. Toute souffrance inclut de la solitude, car personne ne peut rejoindre ma souffrance dans mon corps.  La solitude est un grand mal contemporain, si elle peut être heureuse, peut aussi devenir ce qu'il y a de plus noir dans nos vies. Cette solitude subie et vécue comme un sentiment d'abandon, procure le sentiment d'être seul au monde avec sa détresse. Celui qui est dans la souffrance, il attend d'abord qu'on l'en soulage, et pas qu'on la lui explique avec abondance. Si on ose parler de la souffrance, ce doit être avec un infini respect. On n'a d'excuse que si, en ce qu'on dit, quelqu'un trouve soulagement. C'est beaucoup espérer. La souffrance demande à être entendue. Pour aider une personne en souffrance, la première chose que son entourage puisse faire c’est de l’écouter. Nous ne sommes pas obligés de comprendre sa tristesse mais nous pouvons tout simplement accompagner ses peines. Cela peut éviter à la personne de continuer à se replier sur elle- même. La souffrance doit être absolument combattue, il y a une volonté de soigner, et de soigner pour guérir. Pour que la douleur de la souffrance disparaisse, il faut lui faire face, vaincre la peur et accepter de la ressentir. Pleurer, l’exprimer, peut-être crier, mais surtout la vivre. La souffrance et la douleur sont inévitables tant et aussi longtemps que vous êtes identifié à votre mental, c'est-à-dire lorsque vous vous basez à votre inconscient. Le ressentiment, la haine, l'apitoiement sur soi, la culpabilité, la colère, la dépression, la jalousie, ou même la plus petite irritation sont sans exception des formes de souffrance. Et tout plaisir ou toute exaltation émotionnelle comportent en eux le germe de la souffrance, leur inséparable opposé, qui se manifestera à un moment donné. Quand nous avons tendance à lutter contre la souffrance et  nos ressentis, loin de les éliminer, cela ne fait qu'augmenter l'importance et la place qu'elle  prend dans notre vie. Elle peut devenir  obsédante,  mobilisant la meilleure part de notre énergie, au détriment des actions qui nous font avancer vers ce qui est vraiment important. Dans le pire des cas, on peut se trouver totalement coincé, prisonnier d'une spirale intérieure infernale.
Quand des manifestations pathologiques liées à une souffrance apparaissent, dans le cas notamment de symptômes dépressifs, il est indispensable et urgent de se faire accompagner par un thérapeute. Au final, pas de solutions miracles, mais l'exigence de réactions rapides face à une souffrance qui doit être prise très au sérieux pour éviter que ses conséquences sur la santé psychique et physique de la personne ne s'installent parfois durablement.

Bu yazı 419 defa okunmuştur .

YORUMLAR

  • 0 Yorum
Henüz Yorum Eklenmemiştir.İlk yorum yapan siz olun..

Son Yazılar