La société et l'homme
Melike Esma Şahin

Melike Esma Şahin

Reflexion

La société et l'homme

12 Temmuz 2018 - 00:30

La société est une réalité bien dure pour l’individu tout en étant un obstacle à la nature humaine. En effet elle est souvent perçue comme une aliénation, une atteinte à la liberté. On oppose ainsi l’état social à l’état de nature, qui serait, le règne de la liberté et du bonheur.  On peut ainsi affirmer que la société travaille à faire de l’homme ce qu’elle a besoin qu’il soit pour le rendre docile. Elle va donc modeler la personnalité de chaque individu. Dans la société, il y a des mœurs, des usages qui s’imposent. La personnalité est donc le produit de l’apprentissage, qui est lui-même déterminé et contrôlé par la culture. Elle nous y montre en effet que l’éducation qu’on donne aux enfants, et en particulier aux petites filles, les conditionne à se conformer au stéréotype de la femme, et cela, même si leur caractère ne les y prédispose pas. Leurs comportements seront donc inévitablement le fruit de conditionnements sociaux et culturels. La culture, qui représente la société, peut par conséquent changer la nature de l’individu. L’état de nature serait par conséquent un mythe créé de toutes pièces, pour nous montrer que la société contribue à faire de l’homme un homme ! La société est souvent considérée comme un obstacle qui dénature l’homme. On assiste donc ici à une indéniable destruction de la nature humaine. La culture, c’est ce qui s’ajoute à l’homme, par le biais de la société. De plus, la société fait souvent de l’homme un individu brimé, qui ressent douloureusement la pression sociale. Il est vrai qu’elle fait passer l’homme de l’état de nature, caractérisé par la dispersion et la satisfaction immédiate des besoins, à l’état social, qui est régi par des lois, et qui fixe des bornes partout. Les désirs de l’homme ne lui appartiennent pas en propre, ils sont organisés par la société. Dans le malaise dans la civilisation, Freud affirme que la société est fondée sur l’assujettissement permanent des instincts humains. Ainsi, la libre satisfaction des besoins instinctuels de l’homme est incompatible avec la société civilisée. On peut ainsi dire que la société lutte contre la nature de l’homme, puisqu’elle inhibe sans cesse ses instincts. La société est donc un phénomène culturel qui transforme la nature de l’homme. Elle va même opérer sur le plus naturel instrument de l’homme, qui est son corps, en définissant elle-même ce qui est convenable ou non dans ce domaine, sous la forme des attitudes pudiques ou outrageantes. Dans les sociétés humaines, le droit est donc omniprésent, sous forme de règles, de règlements, qui sont autant de bornes non naturelles à la liberté des individus. Par conséquent, les hommes se révoltent sans cesse contre la société, qui travaille à nous éloigner chaque jour de notre " bonne nature ". Pourtant, rien ne dit qu’il est dans la nature de l’homme de vivre isolé hors d’une société. En effet, ce serait la fuite dans la solitude et un égarement de vouloir quitter. Mais l’homme est fait de telle sorte qu’il ne peut se contenter d’un bonheur solitaire. En effet, l’homme a naturellement besoin de nourriture, de vêtements, d’un logement, et il se trouve qu’il ne peut assumer seul ces exigences vitales, par conséquent, l’organisation sociale se révèle être nécessaire. Ainsi, l’association des hommes est naturelle, puisqu’elle s’origine dans le besoin biologiquement déterminé. Par la suite, on peut donc dire qu’il est naturel de produire de l’artifice, de construire des sociétés, des règles d’échange. Tout cela fait partie de la potentialité déterminée de la nature humaine.

Bu yazı 1922 defa okunmuştur .

YORUMLAR

  • 0 Yorum
Henüz Yorum Eklenmemiştir.İlk yorum yapan siz olun..

Son Yazılar